Cancer de la prostate : A quoi ressemblera le parcours de soin en 2030 ?

2 commentaires sur Cancer de la prostate : A quoi ressemblera le parcours de soin en 2030 ?
Cancer de la prostate : A quoi ressemblera le parcours de soin en 2030 ?

Pour construire l’hôpital du futur, prévoir les dépenses de l’assurance maladie, ou tout simplement repérer les innovations prometteuses dans la prise en charge du cancer de la prostate, l’Administrateur général des données et le cabinet La mètis publient une visualisation de données qui montre le volume de publications scientifiques pour 70 innovations depuis 30 ans et prédit les volumes de publications pour les 15 prochaines années.

Prédire le parcours de soin

Construire un nouvel hôpital suppose d’anticiper ce que sera le parcours de soin pour différentes pathologies dans les 5, 10 ou 15 ans à venir. On ne construit pas un hôpital de la même manière si on prévoit une hausse de la surveillance active des patients ou au contraire une permanence des soins lourds. Dans le premier cas, on suit le patient régulièrement en soins ambulatoires alors que dans le second cas, il est nécessaire de pouvoir héberger le patient à l’hôpital.

Anticiper le progrès médical est aussi un élément important pour le financement du système de soins. En effet, les améliorations dans la prévention, dans la détection ou dans le traitement d’une pathologie peuvent avoir des conséquences importantes. Par exemple, le développement d’outils de détection de plus en plus précis permettrait de réduire le nombre de personnes qui entrent dans un parcours diagnostic parfois lourd. Par ailleurs, l’amélioration des outils de diagnostic peut conduire à écarter des patients du parcours de soins : certaines pathologies peu agressives, d’évolution très lente, pourraient donner lieu à une simple surveillance et permettrait ainsi d’éviter des traitements inutiles.

Mesurer et prédire l’intérêt de la communauté scientifique pour chaque innovation

« PubMed sera désormais disponible gratuitement pour le peuple américain (…) Son accès libre pourrait contribuer bien plus à la réforme et à la qualité du système de soins américain que tout ce que nous avons tenté de faire jusqu’ici ». Al Gore, conférence de presse au Capitole le 26 juin 1997.

En décidant d’ouvrir la base de données de la Bibliothèque américaine de médecine (PubMed) en 1997, le gouvernement américain a été précurseur du mouvement de l’open data. Cette base de données bibliographique contient l’ensemble des publications en médecine avec le titre, le résumé, la date de publication, le nom des auteurs et le nom de la revue. Le cabinet La mètis a d’abord déterminé un ensemble de mots-clés soigneusement choisis pour identifier chacune des innovations médicales dans la prise en charge du cancer de la prostate de 1980 à 2015. Il a ensuite fouillé les données pour analyser le nombre de publications les concernant et mesuré le buzz scientifique de chaque innovation.

À partir de ces données, on peut remarquer des constantes dans la diffusion de chaque innovation. Le modèle le plus célèbre est connu sous le nom de courbe « Hype » du cabinet de consulting Gartner. Selon ce modèle, après un moment d’excitation, les attentes autour d’une innovation connaissent une phase de déception et se stabilisent ensuite autour de son vrai niveau d’intérêt. La mètis a ainsi identifié 8 modèles de diffusion de l’innovation propres à la littérature médicale et est capable d’associer chacune des 70 innovations étudiées à l’un de ces modèles. Ce sont ces modèles qui permettent de prédire les volumes de publications à l’horizon 2030.

Un outil pour naviguer dans les données

L’analyse de La mètis peut être utile pour un grand nombre d’acteurs. L’Administrateur général des données et La mètis se sont associés pour développer un outil de visualisation qui permet à chacun de naviguer dans les données. L’outil distingue quatre niveaux de zooms, du plus détaillé (zoom 1) aux grandes tendances de la recherche (zoom 4) et propose à chaque fois une visualisation du volume de publications associées de 1980 à 2015 ainsi qu’une prédiction jusqu’à 2030.

Outre sa dimension prospective, l’outil est aussi une visualisation de la littérature scientifique. Le volume de publications scientifiques dans un domaine précis est devenu aujourd’hui tellement important qu’il est essentiel de développer des outils qui donnent une vision synthétique de la recherche. Cet outil pourrait être utile à des usages variés. Il pourrait en effet permettre aux chercheurs et aux spécialistes d’analyser les grandes tendances dans leur domaine ; aux responsables des politiques de santé de construire des hôpitaux anticipant au mieux le progrès médical ; aux médecins généralistes d’avoir une idée synthétique des innovations les plus prometteuses et même aux patients experts d’avoir connaissance des différentes solutions pour pouvoir dialoguer avec leur médecin.

Au-delà de l’analyse de la prise en charge du cancer de la prostate, cet outil montre la richesse potentielle de l’analyse des données sémantiques. Cette exploration de la littérature scientifique pourrait avoir de nombreuses autres applications dans d’autres domaines de la recherche.

Les travaux sont désormais rendus publics sur la plateforme Data.gouv.fr pour favoriser des collaborations avec des partenaires publics et privés autour de cette innovation. Des travaux ont été engagés avec l’Association française d’urologie (AFU) pour affiner les résultats.

Accédez à la dataviz

À propos de l'auteur:

Tags:

2 Commentaires

  1. » Le CFIB  - 01/04/2016 - 07:11
    /

    […] ·     Cas d’usage de visualisation de données complexes dans la recherche biomédicale et l’innovation dans la lutte contre le cancer Philippe Charlot, CEO, La Métis – Data Scientists Yves Rinato, fondateur et designer associé, Intactile Design Plus d’informations sur ce retour d’expérience ici […]

Haut de page